Avis sur le titre Naha de PNL

Adepte du rap, le groupe français PNL écrit des textes émouvants qui hypnotisent les fans, bien loin de ce que fait notre ami Gérard Baste. Ayant vécu dans les cités et issus d’une mère algérienne et d’un père corse, les deux frères Addemo et N.O.S, membres du groupe n’hésitent pas à évoquer leur enfance dans ces endroits tout en parlant de dessins animés et de jeux vidéos. Malgré que chacun d’entre eux ait déjà effectué une carrière en solo, leur décision de former un groupe a encore plus propulsé leur popularité. Ils accumulent albums et succès auprès du public notamment avec « Le monde ou rien » ou encore « La vie est belle ».

Naha, le clip le plus récemment sorti à fait exploser youtube avec plus de neuf millions de vues en l’espace d’une semaine. Ce titre reflète beaucoup de faits réels qui se produisent au quotidien des personnes dans le besoin. Les deux frères n’apparaissent pas dans le clip, mais le message qu’ils veulent passer est émouvant.

Le premier couplet

Dans cette première partie, les deux frères expriment leur besoin de survivre, leur besoin d’argent, la difficulté de la vie, c’est-à-dire les combats qu’ils mènent au jour le jour. Ils disent : « San c’putain d’rap t’es rien ». Ils estiment donc que leur musique est leur pilier, leur base sans lesquels ils ne peuvent s’en sortir. Avec ces paroles, PNL nous envoie le message suivant : vivez votre passion à fond.

naha-pnl

Le refrain

Le groupe exprime sa colère dans le refrain au niveau de ses mots, des vocabulaires. Cette colère est due à la souffrance, au désarroi. Ils veulent montrer par le biais de cette chanson que la souffrance est comme une prison, que l’on ne peut s’échapper, car il y a quelque chose qui nous y rattache.

Le deuxième couplet

Cette partie montre qu’il faut avoir de l’espoir dans la vie et qu’il ne faut jamais abandonner, car la délivrance et la paix s’approchent de jour en jour : « On ne pourra pas dire qu’on est condamné, la lumière, on la voit que depuis cette année ». On peut également interpréter cette partie en disant que dans la vie, il y aura toujours des personnes qui ne cesseront jamais de critiquer et de rabaisser ceux qui sont en position de faiblesse : « Nananère, grosse te-pu tu m’jalouses ; en regardant youtube tu me jettes l’œil » mais qu’il faut se surpasser, ne pas les laisser nous atteindre : « un cœur de ice tu connais…; sur 70 degrés, j’dois pédaler, laisses les parler ». En bref, les obstacles rendent plus fort.
Certaines personnes sont surement plus touchées que d’autres en entendant ce morceau, car cela peut refléter une part de leur vie, leur souffrance à cause des jugements de leur entourage, leur pauvreté, le combat pour se sortir de la mauvaise passe.

En tout cas, l’émotion a été au rendez-vous même pour les personnes moins fans du rap. Le clip d’une durée de huit minutes a été bien réalisé, car avec ce laps de temps, les messages à transmettre ont été retenus. Vive PNL, et je n’oublie pas Nekfeu – Lire l’article sur cet artiste – ;)

Enregistrer

Posted in Son